Publié par : gperra | 4 juin 2013

La magistrale défaite de la Fédération des Ecoles Steiner-Waldorf

La magistrale défaite de la Fédération des Ecoles Steiner-Waldorf

*
*
*
*
*
*

Près de deux ans après la publication de mon témoignage paru sur le site de l’UNADFI décrivant ce que j’avais perçu de l’intérieur et compris de la réalité des écoles Steiner-Waldorf, de leurs liens avec l’anthroposophie et ses institutions, la Justice Française a donc définitivement tranché  : ma relaxe, ainsi que celle de Catherine Picard et Marie Drilhon, de l’UNADFI, est prononcée, sans appel. Mon témoignage a été rédigé de bonne foi, sans animosité personnelle, avec la prudence et la modération nécessaire, par une personne autorisée à s’exprimer sur le sujet.

Les juges ont rejeté catégoriquement, preuves à l’appui, la thèse de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf selon laquelle mon écrit aurait été motivé par une rancœur personnelle :

« Loin d’être le fruit d’une « haine féroce », il résulte que le témoignage rédigé par Grégoire Perra, publié sur le site de l’UNADFI, est le fruit d’une réflexion philosophique sur l’anthroposophie elle-même et ses modes de propagation, notamment au sein des écoles Steiner-Waldorf.

Dès lors c’est également vainement que la partie civile soutient que l’UNADFI serait mue par une animosité personnelle, caractérisée par le fait qu’elle a reproduit les propos, sans aucune réserve, de Grégoire Perra, puisqu’aucune animosité n’est retenue à l’encontre de celui-ci. » (Extrait du Jugement de la XVIIe chambre correctionnelle de Paris)

Effectivement, il n’y avait aucune animosité dans ce qui m’a poussé à prendre la plume, simplement le sentiment du devoir de comprendre et de témoigner.

Pourtant, la Fédération n’avait pas lésiné sur les moyens pour tenter d’obtenir coûte que coûte la condamnation de mon écrit, faisant venir à la barre de prétendus témoins, vantant sans intelligence leur « pédagogie », se contredisant et se trahissant, etc. En vain ! Vaines également, tout autant qu’abjectes, furent les tentatives de me salir, ou les insultes prononcées publiquement à mon encontre. Ces outrances et ces méthodes n’ont fait que confirmer aux yeux de tous la nature profonde de ceux qui y avaient recours. Ces procédés marchent peut-être à merveille à l’intérieur des cercles fermés de l’anthroposophie, mais devant une Cour d’Assise, en face de professionnels du droit, avec des hommes et des femmes qui savent utiliser leur raison et qui ont gardé intact leur sens du discernement, c’est une toute autre affaire ! Fallait-il avoir oublié à ce point ce qu’est le monde normal et comment pensent les vrais gens pour avoir cru possible tout ce temps que leur stratégie pouvait triompher ?

Toujours est-il que cette défaite de la Fédération est une grande victoire pour la liberté de la presse et le droit d’expression. En intentant ce procès à une personne qui n’avait fait qu’exercer son droit légitime à la critique, la Fédération est juste parvenue à démontrer son hostilité à l’égard de la liberté de la pensée et sa volonté suspecte de contrôler tout propos non-élogieux au sujet des écoles Steiner-Waldorf, à l’image de ce qui se fait dans les revue internes du milieu anthroposophique. Mais la société française n’est pas la Société Anthroposophique ! On a le droit d’y estimer que la pédagogie Steiner-Waldorf est hautement problématique et que Rudolf Steiner n’était pas une sorte de Saint inspiré par les Dieux ! Dans la République Française, des débats contradictoires peuvent se produire et des opinions divergentes ont le droit d’y être formulés ! Et ceux qui ont l’argent pour se payer des ténors du Barreau ne parviennent pas toujours à étouffer des débats démocratiques légitimes et nécessaires, comme vient de le prouver le verdict rendu par la XVIIème Chambre Correctionnelle de Paris. Mon article peut donc continuer à exister. Il a déjà éveillé bien des consciences. Il continuera à le faire à l’avenir. Le temps de la dissimulation est désormais compté pour les écoles Steiner-Waldorf.

En prenant la responsabilité de m’intenter ce procès, Marie-Céline Gaillard, actuelle Présidente de la Fédération, aura donc finalement contribué à la diffusion de mon témoignage à un point qu’elle ne mesure pas encore. Et ce dans le monde entier ! Et à avertir toutes les autorités compétentes. Il lui faudra donc vivre le reste de sa carrière et la fin de son existence avec la conscience cuisante de la responsabilité de  cet échec, puis de ses conséquences. Mais aussi et peut-être surtout d’avoir traîné devant la Justice un de ses anciens élèves, dont je suis persuadé qu’elle connaissait au fond d’elle-même l’honnêteté de la démarche. Ne pas savoir écouter sa conscience a un prix.  Ne pas voir les signes qui se présentent également. Prendre des décisions contre ce que l’on sait être la vérité doit s’assumer, un jour ou l’autre, dans la vie ou dans la mort. Pour mon ancienne professeure de l’école de Verrières-le-Buisson et de l’Institut Rudolf Steiner de Chatou, ce jour est arrivé !

Il me revient en mémoire une soirée de Carnaval de 1988, lors de ma dernière année en tant qu’élève à l’école Steiner de Verrières-le-Buisson. Marie-Céline Gaillard avait décidé de monter sur scène pour y chanter une chanson du répertoire contemporain. J’étais dans l’assistance. Contrairement à ceux qui s’agaçaient de ses manières et de son comportement, je trouvais amusante sa volonté de se mettre autant qu’elle le pouvait au premier plan dès qu’elle en avait l’occasion. Mais aussitôt qu’elle fut derrière le micro, la lumière de la scène s’éteignit soudainement. Les plombs avaient lâché ! Pourtant, Marie-Céline ne se démonta pas et se mit à chanter dans l’obscurité. Ce n’était pas le premier incident de ce genre survenant avec elle. Je pensais alors : « Mais pourquoi refuse-t-elle de comprendre les avertissements que lui envoie la vie ?! Pourquoi s’obstine-t-elle ainsi, alors que tout lui indique qu’il faudrait renoncer ? »

Cette leçon, négligée il y a vingt-cinq ans révolus, est revenue en force se faire reconnaître. Aujourd’hui, les feux de la rampe vont de nouveau s’éteindre pour certaines personnes. Brusquement ! Et il y aura sans doute de moins en moins de monde pour rester écouter sans défiance leur vieille chanson au sujet de cette « merveilleuse pédagogie alternative ». En revanche, ce qui va être mis en lumière par l’intermédiaire de mon témoignage ne retournera pas dans l’ombre. Pour les écoles Steiner-Waldorf, le Carnaval est terminé. Les masques sont tombés !

Le 4 juin 2013,

Grégoire Perra

Advertisements

Responses

  1. […] des Sectes) aan. UNAFDI had immers Perra’s essay gepubliceerd. Zowel Perra als UNAFDI werden in mei 2013 vrijgesproken. Perra mag voortaan van de rechter zijn stelling dat steinerschoolleerlingen worden […]

  2. […] des Sectes) aan. UNAFDI had immers Perra’s essay gepubliceerd. Zowel Perra als UNAFDI werden in mei 2013 vrijgesproken. Perra mag voortaan van de rechter zijn stelling dat steinerschoolleerlingen worden […]

  3. […] I don’t think it can become much clearer. I also recommend, of course, that you read the entire post! […]

  4. J’apprécie beaucoup votre travail.
    Je souhaiterais avoir votre avis concernant les soutiens de Jacquard et Lang dont se targuent la Fédération des écoles Steiner sur son site.
    Merci

    • Bonjour,
      Je pense que vous trouverez des réponses à cette question dans l’introduction de mon article intitulé Qui sont les anthroposophes ?
      Bien cordialement,
      GP.

    • Bonjour,
      Merci pour votre appréciation.
      Je parle du soutien de Jacquard dans mon témoignage intitulé « Ma vie chez les anthroposophes », chapitre Des adolescent dépravés.
      J’évoque brièvement le soutien de Jack Lang au début de mon article « Qui sont les anthroposophes ».
      Chaque cas est particulier, il est difficile de savoir précisément quelles sont les raisons profondes de ces soutiens : aveuglement, bêtise, convictions réelles, accointance avec l’ésotérisme, etc.
      Mais il est certain qu’ils devraient faire preuve d’un peu plus de prudence, maintenant que mon témoignage est à disposition et reconnu légitime par la Justice.
      Bien cordialement,
      GP

  5. A reblogué ceci sur La Vérité sur les écoles Steiner-Waldorf.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :