Publié par : gperra | 27 avril 2013

Dictionnaire Français/Steiner-Waldorf

Dictionnaire Français/Steiner-Waldorf

*

*

*

 

« 1ère classe » : CP.

« 2ème classe » : CE1.

« 3ème classe » : CE2.

« 4ème classe » : CM1.

« 5ème classe » : CM2.

« 6ème classe » : 6ème première année.

« 7ème classe » : 6ème deuxième année.

« 8ème classe » : 5ème de Collège.

« 9ème classe » : 4ème de Collège.

« 10ème classe » : Troisième de Collège.

« 11ème classe » : Seconde de Lycée.

« 12ème classe » : Première de Lycée.

« Anthroposophie » : doctrine ésotérique de Rudolf Steiner selon laquelle les Hommes se réincarnent, les Dieux ont communiqué à Steiner la pédagogie Waldorf, ce sont les Gnommes qui font pousser les plantes, le Christ est descendu du Soleil, le Bouddha s’est réincarné sur Mars, Mars est une planète liquide, la Lune est faite de corne vitrifiée, il y a trois forces du Mal et l’Univers s’est déjà réincarné quatre fois.

« Les Attaques » : remises en question, par voie de presse, du caractère absolu des principes de la pédagogie Steiner-Waldorf.

« Cahier des collèges » : classeur ou cahier où sont notés les comptes-rendus des réunion. L’un est officiel, l’autre est officieux.

« Classes moyennes » ou « 2ème Cycle » : le Collège, de la 7è à la 10è classe (6è de Collège à la 3è).

« Collège » : réunion.

« Collège pédagogique » ou « Grand collège » : réunion de tous les salariés de l’école.

« Collèges de Cycles » : réunions des professeurs de chaque tranche d’âge (« Collège des jardinières », « Collège du 1er cycle », etc).

« Conseil de direction » : réunion des professeurs désignés pour « diriger l’école » (prendre collégialement les décisions importantes).

« Contribution de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf en France dans le cadre de la concertation pour la refondation de l’école de la République » : vocabulaire de la Fédération des Écoles Steiner-Waldorf. Manière habile de dire que toutes les écoles de France devraient adopter les méthodes de la pédagogie de Rudolf Steiner, ou en tout cas que l’Éducation Nationale devrait donner plein de subventions aux écoles Steiner-Waldorf.

« Le Cycle » : toute la scolarité à l’école. Conçu comme un  processus initiatique dont l’issue est une sorte de baptême permettant de sauver les âmes des élèves en favorisant une rencontre suprasensible avec le Christ.

« Le premier cycle » ou « Petites classes » : la pédagogie Steiner-Waldorf dans son intégralité comprends trois petits « cycles », s’intégrant dans un grand « Cycle ». Le « premier cycle » est le Primaire. Il est nommé avec cette terminologie. Le deuxième cycle correspondrait aux « Classes Moyennes » et le troisième cycle aux « Grandes classes », mais ne sont pas appelés « cycles » dans la terminologie usuelle des pédagogues Steiner-Waldorf. Le concept de « cycle » renvoie aux « âges de la vie » de la conception ésotérique de Rudolf Steiner, selon laquelle l’être humain se développe selon un rythme de sept années : de 0 à 7 ans, développement du « Corps physique » ; de 7 à 14 ans, développement du « Corps éthérique » ; de 14 à 21 ans, développement du « Corps astral ».

« Directrice ou directeur d’établissement » : personne qui assume officiellement le rôle et le statut de directeur d’établissement dans une structure Steiner-Waldorf. Bien souvent choisie en raison de ses diplômes. N’assume la plupart du temps aucune des fonctions ordinaires de directeur, celles-ci étant gérées de manière collégiale par l’ensemble des professeurs. Parfois, n’assiste même pas aux réunions du « Collège de Direction » (ou « Collège Interne »), qui prend pourtant des décisions en son nom. N’est pas rémunéré(e) pour cette fonction par l’École. Ira en prison pour les autres en cas de problèmes d’ordre pénal graves et avérés relevant de la responsabilité du chef d’établissement, notamment des affaires de mœurs.

« L’École » : toutes les classes.

« EN » : Éducation Nationale.

« L’EP (Enseignement Principal) » : les deux premières heures du matin, commence par les paroles, puis la partie rythmique, puis le cours et finit par « l’histoire » (conte).

« Eurythmie » : sorte de danse-Yoga inventée par Rudolf et Marie Steiner, sensée être « la soeur de l’Anthroposophie » dans le monde spirituel. Matière obligatoire pour les élèves Steiner-Waldorf, du « Jardin d’enfants » à la « 12ème ».

« La Fédération » : Fédération des Écoles Steiner-Waldorf en France.

« Fête » : cérémonie collective rassemblant toute l’école ou bien une seule de ses composantes, organisée autour d’un contenu symbolique se référant à certains éléments de la doctrine anthroposophique.

« Formulaire de sortie autorisée » : formalité administrative le plus souvent perçue comme superflue par la communauté enseignante.

« Grandes classes » : Le Lycée, de la 10è à la 12è classe (3è de Collège jusqu’en Première de Lycée). NB : à Verrières-le-Buisson, pas de Terminale ; à Perceval (Chatou) la 12è classe est une Terminale.

« L’Institut » : Institut de formation des professeurs Waldorf, à Chatou.

« Le jardin d’enfants » : Maternelle, classe unique d’âges mélangés (de 3 ans à 6 ans).

« Maîtresse Eurythmie » : personne chargée de l’enseignement de « l’Eurythmie » auprès des élèves du « jardin d’enfants ». Contrairement à ses autres collègues, ne doit pas être nommée par son prénom.

« La Marraine » : superviseuse du « Chef d’œuvre ».

« Le Monde extérieur » ou « L’Extérieur » : ce qui se trouve en dehors de l’école et/ou du milieu des écoles Steiner-Waldorf, à savoir la société, les « gens normaux ».

« Les Paroles » : Récitation collective de mantras de Rudolf Steiner chaque matin par les élèves, sous la conduite de leur professeur.

« La Partie rythmique » : première partie du cours du matin après les « Paroles », consistant en des comptines, des jeux, des chants, des gestes associés à des paroles.

« Le Parrain » : superviseur du « Chef d’œuvre ».

« Passeurs bienveillants » : vocabulaire de la Fédération des Écoles Steiner-Waldorf. Personnalités extérieures au milieu anthroposophique susceptibles de faire la promotion des écoles Steiner-Waldorf auprès du public ou dans la Presse. Personnalités peu regardantes au sujet de la doctrine ésotérique de Rudolf Steiner.

« Pédagogie tenant compte de la personnalité de chaque élève » : méthode de classification des élèves fondée sur la doctrine des quatre tempéraments : mélancolique, flegmatique, sanguin et colérique, associés aux quatre éléments (terre, eau, air, feu). Chaque élève est sensé être dominé par deux tempéraments.

« Pédagogie fondée sur une vision globale de l’être humain » : moyen de dire sans être trop explicite que cette pédagogie est fondée sur la doctrine ésotérique de Rudolf Steiner décrivant l’entité humaine en trois parties : Corps/Âme/Esprit, et neuf constituants suprasensibles : Corps physique, Corps éthérique, Corps astral, Âme de sensibilité, Âme d’entendement, Âme de conscience, Soi-spirituel, Esprit-de-vie, Homme-Esprit.

« Pédagogie fondée sur une connaissance anthropologique » ou « Pédagogie fondée sur une connaissance de la nature humaine » : pédagogie fondée sur « l’Anthroposophie ».

« Période » : séquence de trois ou quatre semaines d’une même matière en cours pendant l’EP.

 « Petites classes » ou  « 1er cycle » : Le Primaire, de la 1ère à la 6è classe (CP à 6è).

« Prête-nom » : personne officiellement en charge d’une classe vis-à-vis de l’administration et des institutions extérieures. Devra remplacer son collègue au pied-levé en cas d’inspection.

« Processus de séparation » : convocations régulières par le Collège de Direction d’un professeur Steiner-Waldorf perçu comme un ennemi par une partie ou la totalité de la communauté enseignante, en vue de le pousser à la démission.

« Responsable de classe » : Professeur Principal. Personne travaillant le plus souvent en binôme avec un co-responsable. S’occupe d’organiser les voyages de classe, des formalités administratives, de gérer les situations délicates, d’organiser et d’animer les réunions de parents trois fois par an, etc. N’est pas payée pour ces tâches diverses, contrairement aux Professeurs Principaux des collèges et lycées ordinaires recevant une rémunération supplémentaire.

« Reversement » : pratique communautaire des écoles Steiner-Waldorf inspirée du dogme de la « Tripartition sociale » de Rudolf Steiner, consistant, pour les enseignants diplômés recevant leur salaire de l’Éducation Nationale, à reverser dans une caisse commune le différentiel de salaire existant par rapport au salaire de leurs autres collègues, salariés par l’École. Coutume à caractère obligatoire, mais pas toujours suivie, malgré les pressions. Particulièrement difficile à mettre en œuvre lorsqu’il s’agit de la prime annuelle versée par l’Éducation Nationale aux professeurs principaux (« responsables de classe »), puisque celle-ci doit être divisée en deux (avec le « co-responsable »), voire en six (puisque tous les niveaux ne sont pas sous contrat).

« Rudolf Steiner, pédagogue et philosophe du début du XXème siècle » : Rudolf Steiner, mystique, théosophe, fondateur de la doctrine ésotérique nommée « Anthroposophie ».

« Salle des collèges » : salle où se réunit le « Grand collège ». Lieu à caractère sacré, le cercle des professeurs étant sensé former une coupe, tandis que les anges de chacun se tiennent derrière eux, les archanges forment une ronde et les Archées font descendre une goutte d’amour au milieu.

« Table des saisons » : dispositif cultuel dédié aux esprits de la Nature. Sur une table situé dans la salle de classe, le professeur Steiner-Waldorf dispose des éléments naturels en rapport avec la saison en cours (pomme de pin, feuilles jaunes, mousses pour l’automne, etc.), puis une bougie au centre. Dans les « Petites classes », celle-i devra être allumée chaque matin par un élève différent, tandis que le reste de la classe entonne un chant à caractère religieux.

« Toute l’école » : les élèves de toutes les classes et tous les professeurs. Sorte de collectivité familiale.

*

Différentes « fêtes » de l’École:

« Avent » : quatre semaines religieuse avant Noël, pendant lesquelles toutes les classes de l’école entonnent chaque matin des chants religieux et allument successivement les quatre bougies de la couronne de l’Avent, malgré les consignes de sécurité interdisant ce genre de pratique.

« Spirale de l’Avent » : cérémonie cultuelle à laquelle participe la « Première classe » et la « 12ème classe », et à laquelle assiste « toute l’école ». Sur le sol est disposé avec des branches de pin la forme d’une spirale au centre de laquelle se trouve une bougie. Chaque élève de la « première classe » reçoit d’une élève de la « 12ème classe » une bougie, qu’il va devoir allumer en suivant le parcours de la spirale. Une fois allumée sa propre bougie à l’aide de la bougie située au centre de la spirale, l’enfant la rapporte en suivant le tracé de la spirale en sens inverse. La salle est plongée dans le noir, les fenêtres étant recouvertes de tissus sombres, là encore en dépit des normes de sécurité en vigueur. Acte cultuel sensé symboliser le mouvement d’intériorisation de l’âme humaine lors de l’entrée dans la saison d’hiver. Cérémonie collective qui a  généralement lieu le lundi matin qui suit la « Kermesse ».

« La Kermesse » : marché de Noël qui a lieu durant un week-end à la fin du mois de novembre. Occasion de vente de divers objets fabriquée par les parents et les enfants au profit de l’école.

« Accueil de la 1ère classe » : fête qui a lieu le jour de la rentrée des classes et qui réunit toute l’école (tous les élèves sauf les enfants des jardins d’enfants, tous les professeurs et les parents de la première classe (parents des enfants entrant au CP).

« La Saint-Michel » : « fête » qui a lieu le 29 septembre et qui réunit toute l’école sauf les « Jardins d’enfants ».

« La Fête des lanternes » ou « Saint Martin » : « fête » qui réunit les enfants, professeurs et parents du « Jardin d’enfants » à la « 6è classe ». Cette cérémonie consiste dans un premier temps pour les enfants, à écouter le récit de la vie de Saint Martin, en particulier le moment où il coupe son manteau en deux pour le donner à un pauvre. Ensuite, les enfants confectionnent des lanternes en papier et en carton, avec une bougie au centre. Ils apprennent des chants religieux liés à la Saint Martin. Puis, généralement le 11 novembre car il s’agit d’un jour férié, ils reviennent à l’école avec leur lanterne et effectuent une sorte de procession dans le parc à la tombée du soir. Il s’agit de symboliser, avec ces lanternes, qu’à l’entrée de l’hiver, une force de lumière intérieure s’est allumée dans le cœur humain, qui devra aller à la rencontre de la lumière de Christ à Noël. Il s’agit d’une croyance typiquement anthroposophique.

« Jeux de Noël » : pièce de théâtre à caractère sacré et mystérial jouée par des professeurs, des parents et parfois des grands élèves, à laquelle doit assister toute l’école.

« Jeux des Rois » : pièce de théâtre à caractère sacré et mystérial jouée par des professeurs et des parents et à laquelle doit assister toute l’école.

« Carnaval » : « fête » à laquelle participe toute l’école.

« Bal du Carnaval » (certaines années): bal costumé organisé par les grands élèves et certains professeurs et auquel peuvent participer les grands élèves, les parents et les professeurs qui le souhaitent.

« Portes Ouvertes » : journée où doivent participer tous les professeurs et certains élèves afin de promouvoir la pédagogie Steiner-Waldorf et recruter de nouveaux élèves.

« Pièce de 8ème classe » : pièce de théâtre jouée par les élèves de la 8ème classe à laquelle sont tenus d’assister tous les professeurs, et les parents et élèves qui le souhaitent.

« Chefs d’oeuvre » : travaux de fin de « cycle » présentés par les élèves de la 12ème classe devant toute l’école (parents, élèves et professeurs, ainsi que des amis et la famille des élèves concernés).

« Concerts des grandes classes » : il y en a deux dans l’année. Un lors de la Kermesse et l’autre à la fin de l’année, tout le monde est convié.

« Pièce de la 11ème classe » : pièce de théâtre jouée par les élèves de la « 11ème classe », à laquelle sont tenus d’assister tous les professeurs, et les parents et élèves qui le souhaitent.

« Adieu aux 12ème » : moment à la fin d’année lorsque les cours sont finis où le « Grand collège » reçoit les élèves de la 12ème classe qui vont quitter l’école pour leur remettre des cartes avec un texte mantrique de Rudolf Steiner.

« La Saint-Jean » : dernière fête de l’année, ouverte à toute l’école, organisée par tous les professeurs. Les élèves doivent sauter symboliquement au-dessus d’un grand feu de bois.

« Buffets » : buffets organisés par différentes classes tout au long de l’année, lors des fêtes, pour récolter de l’argent pour les voyages de classe. Les professeurs « responsables des classes » ainsi que les parents concernés sont sollicités pour l’organisation et la vente.

Publicités

Responses

  1. Ce qui va sans dire va encore mieux en le disant et devient lumineusement clair et incontournable en l’écrivant !

  2. A reblogué ceci sur La Vérité sur les écoles Steiner-Waldorf.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :