Publié par : gperra | 20 août 2017

Songe d’un Lac turquoise

En allant si loin jusqu’au bout des chemins et de toi-même, où les distances sont si vastes que les montures s’épuisent parfois avant d’être arrivées, tu aurais pu t’attendre à ce que les paysages rencontrés bousculent ton être émerveillé.

Pourtant, quand le grand lac turquoise se découvrit à tes yeux dans toute sa majesté, tu mis du temps à comprendre que sa beauté n’avait plus rien d’une apparence, ni d’une surface sur laquelle ton âme habituellement glissait.

Tu restais interdit devant lui comme un oiseau dont le coeur s’était arrêté, attendant que cesse ce spectacle si beau qu’il ne pouvait décemment durer.

Mais chaque fois que ton regard y revenait, il te fallait te rendre à l’évidence d’une existence qui se maintenait. Face à toi s’étendait cette verte immensité qui semblait respirer, plus grande que l’horizon des montagnes bleutées qui la bordaient, comme si le monde n’avait pas ici les règles qu’il doit partout respecter.

Et tu te demandais comment avait pu t’apparaître avec une telle netteté, comme une image échappée de tes rêves les plus sacrés, la réserve de vie que ton coeur garde cachée, pure comme un lac d’une terre jamais incarnée, gardée par les Andes comme un trésor inviolé, impétueuses et libres sous le ciel vibrant de clarté, ces eaux turquoises et douces où chaque jour tu viens t’abreuver.

20170810_113814

20170810_113748

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :