Publié par : gperra | 30 avril 2015

Elle vient

Elle vient, cette nuit que je suis seul à voir, glissant dans les formes du jour déclinant.

Elle rampe, reptile qui étouffe la pensée, plante ses crocs dans le joyau de la raison, jadis étincelant.

Ceux qui veillaient l’ont laissé entrer dans la ville, les yeux clairs mais le ventre alourdi, oubliant que leur propre combat n’était pas le récit d’un livre, et qu’une épée acérée avait été déposée entre leurs mains.

Quand la dernière lumière sera éteinte, elle laissera tomber à terre son masque coloré,  la nuit d’os froids, prête à mordre et à tuer.

Durera-t-il mille an, ce nouveau Moyen-âge, ce temps où se cachera la dignité ?

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :