Publié par : gperra | 8 juin 2012

Lettre du 03/09/2008 à Dodrimont et Von Plato

Le 03/09/08

Grégoire Perra

à

Antoine Dodrimont et Bodo von Plato

Société Anthroposophique en France

2, rue de la Grande Chaumière

75006 Paris

Cher Antoine, cher Bodo,

C’est avec plaisir que je réponds à votre souhait de connaître les initiatives des anthroposophes et membres de l’Ecole de Science de l’Esprit en France. J’ai eu un peu de mal à me lancer car dès lors qu’une initiative est mise par écrit, elle devient un projet et donc change de nature, ou plutôt se présente sous une forme qui ne lui correspond plus vraiment. Mais en tout cas cette lettre est une bonne occasion pour moi de vous faire part de mes diverses « pistes de travail et de recherche » actuelles et je vous en remercie !

  1. En premier lieu, je voudrais donner naissance à un projet de livre sur l’Ésotérisme du théâtre de Shakespeare à la lumière de l’Anthroposophie. Il rassemblerait les divers articles que j’ai pu écrire (autrefois) dans l’Esprit du Temps à ce sujet, plus d’autres qui n’ont jamais pu y paraître. Le tout serait bien sûr remanié et réécrit.
  2. Ensuite, Je voudrais continuer mes recherches sur le courant philosophique de l’idéalisme post-cartésien qui a permis la naissance de l’Anthroposophie (voir mes deux articles parus dernièrement, l’un sur le lien entre l’idéalisme allemand et l’anthroposophie, l’autre sur le rapport aux Lumières de cette dernière avec la notion de Droits de l’Homme). Mon souhait profond à travers cette recherche, c’est de reconnecter l’anthroposophie avec toute la culture qui l’a porté et qui lui a donné le jour, dont elle est aussi un prolongement naturel, tandis que la culture anthroposophique, en se liant exclusivement au « milieu anthroposophique » pendant plus d’un siècle, s’est au fond déracinée elle-même. Nous vivons donc avec une espèce de « culture hors-sol » qui ne cesse de s’appauvrir au fur et à mesure qu’elle s’enferme sur elle-même, ou tourne toujours autour des mêmes références externes et des mêmes idées.
  3. Profitant de l’opportunité de la conférence que je vais tenir en mars 2009 au Siège, je réfléchis à la question « Comment la pensée peut-elle devenir intuition de l’Esprit ? » Et je voudrais arriver à travers cette recherche à bien saisir, déjà pour moi-même, comment peut s’opérer le lien entre la perception du spirituel et l’activité pensante.
  4. Je travaille aussi sur les Contes, en particulier ceux de Grimm. À la Communauté des Chrétiens de Paris, j’anime depuis deux ans un atelier de « recherche de la sagesse des contes ». J’aurais bien proposé cette activité au Siège ou dans un lieu plus spécifiquement anthroposophique qui aurait été à mon sens plus adapté, mais j’y ai renoncé en raison du prix de location de la salle au Siège qui impliquait d’être sûr d’un nombre minimum de participants et de leurs contributions financières, tandis qu’une activité naissante telle que celle-ci peut être petite et restreinte au départ.
  5. Je travaille aussi sur l’Image publicitaire. J’ai donné une conférence à ce sujet au Siège et je vais poursuivre tranquillement ce travail.
  6. Dans le cadre de la section des Belles Lettres, j’ai actuellement deux projets d’article ou en tout cas de « communications » consistant à montrer la manifestation de conceptions spirituelles dans deux ouvrages de science-fiction, Shikasta de Doris Lessing et Fahrenheit 451 de Ray Bradburry.
  7. Enfin, avec Antoine et le Comité de la SAF, je réfléchis à l’initiative qui consisterait à créer une Formation Anthroposophique Générale pour les Jeunes, dont l’absence me semble criante si nous voulons créer un avenir qui pourrait prendre des formes différentes d’incarnation de l’anthroposophie que celle qu’il a pu prendre jusqu’à présent en France.
  8. Je suis persuadé qu’il faudra un jour ou l’autre créer une Revue d’anthroposophie en France, le manque d’un tel organe se faisant cruellement sentir entre l’Esprit du Temps des Bideau et le Tournant de Michel Joseph. J’aimerais participer à une telle revue. J’ai souvent envie d’écrire des petits articles sur des sujets ou d’autres, comme le cinéma, la publicité ou d’autres choses de l’actualité culturelle, mais il n’y a actuellement pas vraiment d’espace de publication pour cela, alors je renonce. Ce que j’aimerais, ou souhaiterais, c’est un espace régulier de publication d’articles, par exemple une ou deux pages chaque trimestre dans une revue.
  9. Enfin, j’ai au fond de moi le désir de réfléchir et d’écrire au sujet du « Milieu anthroposophique » (à bien distinguer du « Mouvement » et de la « Société » Anthroposophiques), afin de le caractériser et de le comprendre avec toute la lucidité possible, lucidité dont il me semble que nous ne pouvons pas faire l’économie si nous voulons vraiment avancer et faire avancer l’anthroposophie dans son difficile chemin d’incarnation, quelle que soit la difficulté de ce que peut représenter une telle démarche. En tout cas, si le milieu anthroposophique ne peut et ne pourra probablement pas accepter une telle démarche qu’il percevra nécessairement comme un acte d’hostilité, il s’agit d’un travail que je me dois à moi-même compte tenu de ma destinée qui m’a placé au cœur de ce milieu depuis l’âge de 9 ans, avec une foule de conséquences sur ma vie.

Voilà, en espérant ne pas avoir été trop long, je vous remercie pour votre belle initiative d’écoute des initiatives, en espérant que ma contribution pourra vous être utile,

Bien fraternellement,

Grégoire Perra

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :