Publié par : gperra | 17 février 2012

Communiqué du Comité des Étudiants de l’U.F.R. Théâtre de Paris III, le 3 juin aux Bouffes du Nord

Communiqué du Comité des Étudiants de l’U.F.R. Théâtre de Paris III

le 3 juin aux Bouffes du Nord

Bonsoir,

Le Comité Étudiant de l’U.F.R. Théâtre de Paris III (Censier) est un groupe de réflexion et d’intervention déterminé à survivre au caractère extraordinaire des grèves de fin décembre dont il émane.

Son principe : la démocratie directe.

Son ennemi : la simulation d’idées.

Son pain quotidien : la morosité ambiante.

Son aspiration : le changement.

Son arme : la jeunesse.

Ses moyens : l’intelligence et le dialogue.

Nous n’avons pas, vraiment pas, le sentiment de participer à une réunion à caractère d’urgence anticipatoire (voir appel Épopéa). Près de six mois après les grèves et manifestations de la fin d’année dernière, il nous semble même ridicule, si ce n’est dangereux, de se croire à le tête d’un quelconque mouvement. Les professionnels de l’art sont à la traîne des événements et mouvements sociaux qui agitent le pays. Nous pouvons le regretter, ou non, cela est.

Nous voulons faire cesser le théâtre courtisant en le libérant de sa tutelle étatique qui est une tutelle idéologique. Nous voulons dire non à la mort de l’envie de faire un théâtre authentique parce qu’on ne voit pas d’autres écoles ni d’autres modèles que ceux qui sont en place, parce qu’on imagine pas une autre façon de faire du théâtre que celle par lequel on le corrompt et par lequel on est en train de le faire mourir.

Sentir. Imaginer. Proposer. Mais surtout : Dormir ! Voilà ce que nous propose Épopéa, la fuite et la débâcle dans un univers intellectuel d’aujourd’hui : l’Europe. Mais n’est-ce pas un peu réducteur ? Pour chercher la parole tous les moyens sont présents : fax, internet, etc. Une chose manque : le message. N’ayez crainte… le voilà. Écoutez notre parole :

Vous avez peur de la monnaie unique ? Vous avez peur pour vos subventions ? Pourquoi les redouter, de toute façon elles n’arriveront jamais dans vos poches. La « communauté théâtrale » n’a pas de corps, ou plutôt plus de bras. Ce manchot ressemble à toute la société : asservi à l’État, aux pontifes du pognon.

Arrêtez la déprime, tous ! Existez, donnez-vous les moyens de faire du théâtre, n’attendez plus votre argent de poche, à moins de travailler à mi-temps. Défendre son argent, c’est légitime… Faut bien bouffer !!! Mais travaillez aussi ensemble à une séparation totale de l’emprise du pouvoir sur le théâtre. L’indépendance s’octroie, l’autonomie s’apprend. Parole d’étudiants.

Le « Monde » du 24 mai annonçait un rassemblement contre les coupes budgétaires, le 3 juin, ici même. Puis, un appel annonce un rassemblement, même heure, même date, pour penser l’Europe culturelle de demain. S’agit-il de la même chose ? Les femmes et hommes de théâtre commenceraient-ils enfin a avoir honte de ne se rassembler que pour des craintes financières, décidant alors de se cacher derrière de hautes idées et notamment derrière la même que celle utilisée quotidiennement par le gouvernement : l’Europe. Tout est bon pour l’Europe. Tout passe grâce à cette invention géniale qu’est l’Europe. Cette dernière défend-t-elle la différence ou l’uniformité ? Est-ce vraiment à la boulangère allemande, au plombier espagnol, au chômeur anglais, à l’instite italienne et aux étrangers de chaque pays d’Europe que vous songez ? Aux échanges qu’ils ne leur sera jamais possible de faire tant que des accords de Schengen ne seront pas établis réellement, par exemple. Ou bien souhaitez-vous préparez vôtre place au soleil et surtout, surtout, reproduire un système déjà bien connu dans nos régions qui est celui de l’échange de produits européens et de l’oubli constant que le théâtre existe avant tout à travers des corps humains pour des corps humains. Pour vôtre gouverne : à peine 1% de la population française a les moyens de tapoter sur Internet. Vos dialogues deviennent aujourd’hui officiellement virtuels ! Cessez donc de sucer les ministres ! Méfiez-vous ! Ils jouissent de vos langues d’artistes à genoux.

Quelles sont donc les raisons qui nous ont poussés à être présents ce soir : les occasions où les professionnels du spectacle se réunissent publiquement pour réfléchir sont trop rares pour en être absents. Une certaine partie de vos inquiétudes concernant l’avenir rejoignent les nôtres. Notre détermination, nos envies d’agir et de réagir sont suffisamment solides pour pouvoir vous faire face. Nous aimons le théâtre et sommes farouchement attachés à l’idée d’une civilisation dans laquelle il puisse maintenir sa place.

Malgré ces possibilités d’échanges, nous sommes au regret de vous livrer nos convictions sans ménagement : nos n’adhérons pas à ce projet européen exposé avec résignation dans votre appel. Ils nous paraît impensable que vous puissiez vous fédérer avec d’autres professionnels du spectacle européen tant l’absence de solidarité vous accable à l’intérieur même de ce pays. Nous souhaiterions plus humblement vous entendre sur un projet de société dont le théâtre/service public puisse se faire l’écho. Nous nous refusons d’accompagner le papy-boom dans la plus grande allégeance. Nous pensons qu’il est possible de changer les choses et qu’il n’est plus possible de supporter l’État.

En conséquence, nous vous proposons, pour 1997, de remettre en commun vos subventions et de pratiquer vous-mêmes une redistribution plus juste, par exemple en subventionnant les troupes plutôt qu’exclusivement les murs.

Le Comité des Étudiants de l’U.F.R. Théâtre de Paris III

Tél. : 42 09 82 28 / 40 65 02 58

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :