Publié par : gperra | 2 février 2012

Inventions méthodologiques pour la dissertation, l’explication de texte et l’étude d’oeuvre en Philosophie

Cours de Philosophie – M. Perra

Explication de texte philosophique- méthodologie

Introduction :

a) Situation du texte

b) La question philosophique du texte

c) La thèse centrale du texte

d) Les principaux mouvements du texte

Étude de la première partie :

a) L’idée de la partie

b) 1ère citation du texte et explication de son contenu

c) Un exemple

d) Conclusion de la première citation du texte

e) 2ème citation du texte et explication de son contenu

f) Un exemple

g) Conclusion de la deuxième citation du texte

h) Analyse d’un concept ou d’une métaphore clef du texte

i) Rapport du concept ou de la métaphore clef avec l’idée de la partie

j) Reformulation de l’idée principale de la partie

Premier paragraphe de transition :

a) Rappel de l’idée de la partie expliquée juste avant

b) Énoncé du point suivant à éclaircir

Étude de la deuxième partie :

a) L’idée de la partie

b) 1ère citation du texte et explication de son contenu

c) Un exemple

d) Conclusion de la première citation du texte

e) 2ème citation du texte et explication de son contenu

f) Un exemple

g) Conclusion de la deuxième citation du texte

h) Analyse d’un concept ou d’une métaphore clef du texte

i) Rapport du concept ou de la métaphore clef avec l’idée de la partie

j) Reformulation de l’idée principale de la partie

Second paragraphe de transition :

a) Rappel de l’idée de la partie expliquée juste avant

b) Énoncé du point suivant à éclaircir

Étude de la troisième partie :

a) L’idée de la partie

b) 1ère citation du texte et explication de son contenu

c) Un exemple

d) Conclusion de la première citation du texte

e) 2ème citation du texte et explication de son contenu

f) Un exemple

g) Conclusion de la deuxième citation du texte

h) Analyse d’un concept ou d’une métaphore clef du texte

i) Rapport du concept ou de la métaphore clef avec l’idée de la partie

j) Reformulation de l’idée principale de la partie

Conclusion récapitulative de l’étude des mouvements du texte :

a) Rappel de l’idée de la première partie

b) Rappel de l’idée de la deuxième partie

c) Rappel de l’idée de la troisième partie

Discussion de la thèse de l’auteur :

a) Soulignement de l’idée philosophique essentielle du texte

b) Citation du texte exprimant le mieux cette idée essentielle

c) Discussion du présupposé du texte

d) Référence à un autre philosophe

e) Résumé de la thèse de l’auteur

f) confirmation/contestation de la thèse de l’auteur

g) Référence à un autre philosophe

h) Conclusion au sujet de la thèse de l’auteur

Explication de texte philosophique- méthodologie

Travail préparatoire :

  1. Lire deux fois le texte ;
  2. Repérer les champs lexicaux ;
  3. Repérer les parties et formuler en une phrase l’idée directrice de chacune d’entre elles ;
  4. Formuler la thèse principale du texte ;
  5. Formuler la question sous-jacente du texte ;
  6. Repérer deux phrases à expliciter et un terme clef (métaphore ou concept) dans la première partie ;
  7. Repérer deux phrases à expliciter et un terme clef (métaphore ou concept) dans la deuxième partie ;
  8. Repérer deux phrases à expliciter et un terme clef (métaphore ou concept) dans la troisième partie ;
  9. Noter les citations ou références philosophiques en rapport avec la thèse principale du texte.

Timing de l’explication de texte :

  1. travail préparatoire : 45 mn
  2. Rédaction de l’introduction : 45 mn
  3. Rédaction de l’étude de la première partie : 30 mn
  4. Rédaction de l’étude de la deuxième partie : 30 mn
  5. Rédaction de l’étude de la troixième partie : 30 mn
  6. Rédaction la conclusion : 10 mn
  7. Rédaction de la discussion sur la thèse de l’auteur : 30 mn
  8. Relecture : 20 mn

Introduction :

Ce texte est un extrait d’………………………………………………………………………. de ………………………….., dans lequel l’auteur expose et articule entre eux les thèmes suivants : …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

A travers ce texte, il semble que l’auteur se soit confronté à une question philosophique majeure, à savoir ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. ?

Pour répondre à cette interrogation, il cherche à étayer sa thèse centrale consistant à affirmer que ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Dans ce but, le texte semble être construit autour de …………. principaux mouvements, à savoir :

    • de la ligne 1 à ………., l’auteur exprime une première idée selon laquelle ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. ;
    • ensuite, de la ligne ……… à ………, une deuxième idée directrice apparaît, consistant à affirmer que ………………………………………………………………………………………………………..;
    • enfin, de la ligne ………. à ………, l’axe conceptuel du texte se concentre sur l’idée que ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. .

Nous procèderons à l’explication philosophique de ce texte à partir de son étude ordonnée.

(5 lignes)

Étude de la première partie :

Dans la première partie du texte, l’auteur cherche selon nous à exprimer l’idée selon laquelle …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Dans une périphrase située à la ligne ………., « ……………………………………………………………………………………………………………………..  » (citation), l’auteur décline cette idée en montrant que …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Cette idée peut être mieux comprise lorsque l’on considère l’exemple de ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… Ce phénomène précis montre bien que …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

De même, dans une autre périphrase située à la ligne ……….., «……………………………………………………………………………………………………………………………………… », l’auteur prolonge son propos en évoquant ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Afin de rendre plus concrète l’expression de cette idée, il est possible d’évoquer l’exemple de ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… Là encore, ce phénomène précis souligne le fait que …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

(1 ligne)

L’argumentation de l’auteur dans cette première partie repose selon nous sur un concept (ou une métaphore) clef dont il est nécessaire d’approfondir le sens. Ce concept est …………………………., évoqué à la ligne………….. Ordinairement, ce terme sert à désigner

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Mais dans le contexte du texte, il semble être employé dans le but d’asseoir l’idée selon laquelle …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

L’idée principale de cette partie consiste donc à dire que ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

(2lignes)

Premier paragraphe de transition :

Nous avons vu dans cette première partie que l’auteur établit un lien entre …………………. et …………………………….., exprimant ainsi l’idée selon laquelle …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Cependant, un point important en découlant logiquement reste à éclaircir, que l’auteur n’a pas encore développé de manière satisfaisante dans cette partie, à, savoir ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ?

Quel est donc …………………………………………………………………………………………………………………… ?

(2 lignes)

Étude de la deuxième partie :

Afin de répondre à cette question laissée comme en suspend, l’auteur va à présent exposer l’idée selon laquelle

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Ainsi, dans une périphrase située à la ligne ………., « ……………………………………………………………………………………………………………………..  »(citation), l’auteur décline cette idée en montrant que …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Cette idée peut être mieux comprise lorsque l’on considère l’exemple de ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… Ce phénomène précis montre bien que …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

De même, dans une autre périphrase située à la ligne ……….., «……………………………………………………………………………………………………………………………………… », l’auteur prolonge son propos en évoquant ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Afin de rendre plus concrète l’expression de cette idée, il est possible d’évoquer l’exemple de ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… Là encore, ce phénomène précis souligne le fait que …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

(1 ligne)

A nouveau, cherchons à comprendre sur quel concept (ou métaphore) philosophique se construit le texte. L’argumentation de l’auteur dans cette deuxième partie repose selon nous sur un concept (ou une métaphore) clef dont il est nécessaire d’approfondir le sens. Ce concept est …………………………., évoqué à la ligne………….. Ordinairement, ce terme sert à désigner

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. Or dans le contexte du texte, il semble être employé dans le but d’asseoir l’idée selon laquelle …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

L’idée principale de cette deuxième partie consiste donc à dire que ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

(2 lignes)

Second paragraphe de transition :

Nous avons vu dans cette deuxième partie que l’auteur établit un lien entre …………………. et …………………………….., exprimant ainsi l’idée selon laquelle …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Cependant, un point important en découlant logiquement reste cette fois encore à éclaircir, que l’auteur n’a pas encore pu pleinement énoncer dans cette partie, à savoir ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ?

Quel est donc …………………………………………………………………………………………………………………… ?

(2 lignes)

Étude de la troisième partie :

Afin d’apporter les éclaircissements nécessaire à la résolution de cette interrogation, l’auteur va à présent exposer l’idée selon laquelle

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Ainsi, dans une périphrase située à la ligne ………., « ……………………………………………………………………………………………………………………..  »(citation), l’auteur décline cette idée en montrant que …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Cette idée peut être mieux comprise lorsque l’on considère l’exemple de ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… Ce phénomène précis montre bien que …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

De même, dans une autre périphrase située à la ligne ……….., «……………………………………………………………………………………………………………………………………… », l’auteur prolonge son propos en évoquant ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Afin de rendre plus concrète l’expression de cette idée, il est possible d’évoquer l’exemple de ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… Là encore, ce phénomène précis souligne le fait que …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

(1 ligne)

Comme nous l’avons fait dans notre étude des précédentes parties, cherchons à déterminer quel concept (ou métaphore) philosophique sert ici de pivot au texte. En effet, l’argumentation de l’auteur dans cette troisième partie repose selon nous sur un concept (ou une métaphore) clef dont il est nécessaire d’approfondir le sens. Ce concept est …………………………., évoqué à la ligne………….. Ordinairement, ce terme sert à désigner

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. Or dans le contexte du texte, il semble être employé dans le but d’asseoir l’idée selon laquelle …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

L’idée principale de cette troisième partie consiste donc à dire que ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

(3 lignes)

Conclusion récapitulative de l’étude des mouvements du texte :

Nous avons vu dans une première partie comment l’auteur aborde l’idée que …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Puis il nous a été possible de comprendre par quelle nécessité de son articulation interne le texte a cherché a développer l’idée selon laquelle ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… Enfin, nous avons pu suivre le raisonnement philosophique de l’auteur lorsque celui se concentre sur l’idée que ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Bien évidement, l’ensemble d’une telle construction conceptuelle s’éclaire lorsque nous considérons son utilité dans la justification de la thèse centrale du texte selon laquelle …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

(3 lignes)

Discussion de la thèse de l’auteur :

Cette idée s’exprime dans le texte de manière particulièrement explicite à la ligne …….., lorsque l’auteur écrit « …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… »

Ainsi que nous l’avons vu précédemment, l’auteur cherche à exprimer ici l’idée selon laquelle ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Une telle vision des choses nous semble rejoindre ici celle d’un autre philosophe, ………………., qui dans son ouvrage intitulé………………………………………………………………………………………………………, écrivait « …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… »

Il voulait dire par là que ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

(2 lignes)

A présent que nous avons pu en apprécier le fondement, il nous appartient de tenter de nous situer par rapport à cette idée centrale de l’auteur. En effet, nous pensons qu’il permis d’en confirmer/contester/nuancer la pertinence conceptuelle en faisant remarquer que ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Nous pouvons ici nous appuyer sur les propos d’un autre philosophe, ………………….., qui dans son ouvrage …………………………………………………………………………….., déclare que « ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. »

De notre point de vue, il semble que ces termes servent à exprimer l’idée rejoignant celle de notre auteur selon laquelle …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Ainsi, il nous apparaît possible de confirmer/contester/nuancer philosophiquement l’idée directrice du texte que nous avons étudié.

Méthodologie de l’analyse d’oeuvre

M. Perra

Etude du …………………….. paragraphe

I. Introduction :

Evocation générale de l’oeuvre :

Ce texte est un extrait de……………………………….. de ………………………… Il se situe dans ……………………….. et il s’agit du paragraphe…………………… Dans cette oeuvre, l’auteur développe un certain nombre de grandes questions de la philosophie, à savoir ……………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

On peut dire que le projet de l’auteur consiste à

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Mais la portée de son œuvre ne s’arrête pas là, car il s’agit également d’une réflexion sur …………………………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………, etc.

Décomposition du texte :

Le texte que nous allons étudier se décompose selon nous en …………………..parties.

La première, qui va de la ligne ………..  page……….. à la ligne ………page ……. .

Et la deuxième qui va de la ligne ………..  page……….. à la ligne ………page ……. .

Rappel du thème du paragraphe précédent :

Dans le précédent paragraphe, l’auteur avait tenter d’étayer l’idée selon laquelle : ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Thème du passage :

A présent, le thème essentiel de ce passage nous semble être :

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Lecture :

Nous allons maintenant procéder à la lecture du passage.

  1. Etude de la première partie :

Exposé du thème de la partie :

Nous allons à présent étudier la ……………………… partie du texte.

Le thème central de cette première partie repose sur l’idée que ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Analyse d’une première phrase :

L’auteur commence par exprimer cette idée à la ligne ………page …….à travers la phrase suivante

« ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………»

Il veut dire par là que

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Analyse d’une deuxième phrase :

Cette idée se prolonge ensuite dans la phrase à la ligne ………page …….

« …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..»

Il précise par ce biais que

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Etude d’un terme clef :

Dans cette …………………………….. partie, il nous semble important de nous arrêter sur le terme « …………………………………………………….. », à la ligne ………page ……., afin d’en dégager le concept. En effet, le concept ………………………………………………………………. signifie que ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Dans le contexte de ce paragraphe, il nous semble qu’il donne à entendre le sens suivant, à savoir que

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

  1. Etude de la deuxième partie :

Exposé du thème de la partie :

Nous allons à présent étudier la …………………………….. partie du texte.

Le thème central de cette deuxième partie repose sur l’idée que ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Analyse d’une première phrase :

L’auteur commence par exprimer cette idée à la ligne à travers la phrase suivante

« ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. »

Il veut dire par là que

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Analyse d’une deuxième phrase :

Cette idée se prolonge ensuite dans la phrase située à la ligne ……………………

« ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. »

Il tente ainsi de préciser sa pensée selon laquelle

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Etude d’un terme clef :

Dans cette …………………………….. partie, il nous semble important de nous arrêter sur le terme « …………………………………………………….. », à la ligne ………page ……., afin d’en dégager le concept. En effet, le concept ………………………………………………………………. signifie que ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Dans le contexte de ce paragraphe, il nous semble qu’il donne à entendre le sens suivant, à savoir que

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Conclusion de l’étude de la partie :

En conclusion de cette ………………….. partie, nous pouvons dire que …………………… a posé l’idée principale selon laquelle

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

et dont toute la suite de son raisonnement devra tenir compte.

Annonce de l’idée du prochain paragraphe :

Le thème de l’idée qui a été abordée par l’auteur dans ce paragraphe nous semble se prolonger dans le paragraphe ……………, lorsque l’auteur précisera que

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

exprimant et confortant l’idée selon laquelle :

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Méthodologie de la Dissertation philosophique

Travail préparatoire :

1) Bien lire le sujet et chercher à le comprendre vraiment

2) Chercher quelques expressions du langage commun en rapport avec le sujet ;

3) Définir quelques sens et variations possibles de sens des principaux termes du sujet ;

4) Noter les citations ou références philosophiques en rapport avec la thèse principale du texte ;

5) Chercher et noter des exemples littéraires correspondant à la problématique philosophique posée ;

6) Chercher quelques exemples de la vie commune en rapport avec la problématique philosophique posée ;

7) Construire un plan dialectique en trois à quatre phrase dont on s’assure de la simplicité du lien logique entre elles ;

8) Intégrer les citations, références , exemples de la vie communes dans ce plan.

Timing de l’explication de texte :

  1. travail préparatoire : 30 mn
  2. Rédaction de l’introduction : 45 mn
  3. Rédaction de la première partie : 45 mn
  4. Rédaction de l’étude de la deuxième partie : 45 mn
  5. Rédaction de l’étude de la troisième partie : 45 mn
  6. Rédaction la conclusion : 10 mn
  7. Relecture : 20 mn

L’Introduction :

a) La Doxa :

b) La Paradoxa :

c) Le travail de conceptualisation des termes :

d) La formulation philosophique de la problématique :

e) L’annonce du plan :

La Thèse :

a) La conceptualisation approfondie :

b) La reformulation de la problématique :

c) L’annonce de l’idée de la partie :

d) Le premier argument :

e) Le second argument :

f) La récapitulation de la partie :

g) La conclusion de la partie :

h) La transition :

L’Antithèse :

a) La reconceptualisation approfondie :

b) La reformulation de la problématique :

c) L’annonce de l’idée de la partie :

d) Le premier argument :

e) Le second argument :

f) La récapitulation de la partie :

g) La conclusion de la partie :

La Synthèse :

a) La récapitulation générale des deux première parties :

b) La deuxième transition :

c) La deuxième reconceptualisation approfondie :

d) La dernière reformulation de la problématique :

e) L’annonce de l’idée de la partie :

f) Le premier argument :

g) La récapitulation de la partie :

h) La conclusion de la partie :

La Conclusion :

a) La récapitulation générale de la dissertation

b) La réponse claire et définitive

Plan simplifié :

L’Introduction :

La Doxa :

La Paradoxa

Le travail de conceptualisation des termes :

La formulation philosophique de la problématique :

La Thèse :

La conceptualisation approfondie :

Le premier argument :

Le second argument :

La conclusion de la partie :

L’Antithèse :

La reconceptualisation approfondie :

Le premier argument :

Le second argument :

La conclusion de la partie :

La Synthèse :

La deuxième reconceptualisation approfondie :

Le principal argument :

La conclusion de la partie :

La Conclusion :

La récapitulation générale de la dissertation

La réponse claire et définitive

L’Introduction :

a) La Doxa :

Une manière de répondre quelque peu rapide et superficielle à la question posée par le sujet consisterait à dire que…………………………………………………………………………………………………………. En effet, une expression de la vie courante ne dit-elle pas

………………………………………………………………………………………………………………………………………….?

b) La Paradoxa :

Cependant, une approche plus réfléchie de la question permet de mettre en doute cette réponse trop simple, en raison du fait que

………………………………………………………………………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………………………………………………………………………..

(Variante : (quand la question du sujet n’appelle pas de réponse immédiate, mais plutôt une considération générale à son sujet)

Doxa : Une manière superficielle d’aborder le thème de ………………… consiste à le considérer soit comme ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. soit comme ……………………………………………………………………………………………………………………………………….. En effet, un exemple de la vie courante ne nous montre-t-il pas que ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. 

Paradoxa : Cependant, une approche plus réfléchie du sujet nous permet de considérer de manière plus juste ce thème, en raison du fait que ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. En effet, (exemple) …………………………………………………………………………………………………………………………………)

c) Le travail de conceptualisation des termes :

Afin de produire un raisonnement de type philosophique nous permettant de tenter de résoudre le problème soulevé par cette remise en cause de l’opinion commune, il est selon nous nécessaire de procéder à une définition systématique des principaux termes du sujet afin de dégager leur sens et de mieux cerner les enjeux de la question.

Le terme………………………… désigne …………………….

Le terme………………………… désigne …………………….

Le terme………………………… désigne …………………….

Le terme………………………… désigne …………………….

d) La formulation philosophique de la problématique :

A partir de cette approche plus conceptuelle des termes de la question, il est maintenant possible de reformuler la question posée de manière plus précise : ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..?.

Autrement dit de manière plus simple :

………………………………………………………………………………………………………………………………?

e) L’annonce du plan :

Pour chercher à résoudre cette question, nous ordonnerons notre pensée autour d’un plan dialectique.

– Dans une première partie, nous envisagerons………………………………………………………….

………………………………………………………………………………………………………………………………………….

– Puis, dans une deuxième partie, nous adopterons le point de vue radicalement opposé selon lequel ……………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

– Enfin, dans un dernier temps de notre réflexion, un nouvel angle d’approche conceptuel nous permettra d’élaborer une réponse authentiquement satisfaisante à la question posée à partir de l’idée selon laquelle…………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

(5lignes)

La Thèse :

a) La conceptualisation approfondie :

Afin d’aborder le sujet qui nous est proposé sous un angle véritablement philosophique, nous pouvons commencer par procéder à une conceptualisation plus approfondie de l’un des termes du sujet pour lequel nous nous étions contentés d’une première approche sommaire dans l’introduction. Le terme………………………………….. désigne en effet non seulement

……………………………………………………………………………………………………………………………, mais également de manière plus large

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

b) La reformulation de la problématique :

Rapportée à la problématique que nous avions formulée, cette définition plus approfondie de l’un de ses termes permets à présent de reformuler la question de la manière suivante :

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………………………………………………….?

c) L’annonce de l’idée de la partie :

La première réponse que nous allons tenter d’étayer au cours de cette première partie consistera à démontrer que ………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

  1. Le premier argument :

Un premier argument à l’appui de cette thèse apparaît lorsque nous considérons l’idée selon laquelle

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Pour rendre plus concrète cette idée, il est permis d’évoquer l’exemple suivant :

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

(I. a. citation) Dans son ouvrage intitulé …………………………….., le philosophe ………………………………….. semble développer une approche allant dans le même sens lorsqu’il écrit :

« ………………………………………………………………………………………………………………………………….  »

Selon nous, il veut dire par là en substance que ………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

Dans le contexte de notre problématique, nous voyons bien comment un tel point de vue nous permets d’aller dans le sens de l’idée directrice de notre première partie, puisqu’il rend possible d’accréditer l’idée selon laquelle ……………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

e) Le second argument :

Un second argument, plus percutant encore peut-être, venant à l’appui de cette thèse apparaît lorsque nous considérons l’idée selon laquelle

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Pour rendre plus concrète cette idée, il est permis d’évoquer l’exemple suivant :

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

(I. b. citation) Dans son ouvrage intitulé …………………………….., le philosophe ………………………………….. semble développer une approche allant dans le même sens lorsqu’il écrit :

« ………………………………………………………………………………………………………………………………….  »

Selon nous, il veut dire par là en substance que ………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

Dans le contexte de notre problématique, nous voyons bien comment un tel point de vue nous permets d’aller dans le sens de l’idée directrice de notre première partie, puisqu’il rend possible là encore d’accréditer l’idée selon laquelle

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

f) La récapitulation de la partie :

A la lumière de cette première partie, nous voyons donc comment il est possible de répondre en des termes précis à la question posée en considérant que, d’une part

…………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

et d’autre part

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

g) La conclusion de la partie :

La réponse provisoire qu’il est donc possible de donner à la question posée par le sujet, dans ce premier mouvement de notre réflexion, est donc que

………………………………………………………………………………………………………………………………………….……………………………………………………………………………………………………………………………………………

h) La transition :

Pourtant, une telle réponse n’apparaît que partiellement satisfaisante dès lors que l’on considère le fait que

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Cet élément n’est-il pas de nature à jeter une ombre sur le caractère définitif de notre première conclusion, en ce sens qu’il soulève une objection suffisamment pertinente pour nous inciter à repenser la réponse sous un tout autre angle ?

(5 lignes)

L’Antithèse :

a) La reconceptualisation approfondie :

Si nous voulons pouvoir changer l’angle conceptuel qui a conduit à notre première réponse, nous devons à nouveau procéder à une conceptualisation approfondie de l’un des termes du sujet. Le terme………………………………….. désigne en effet non seulement

……………………………………………………………………………………………………………………………, mais également de manière plus large

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

b) La reformulation de la problématique :

Rapportée à la problématique que nous avions formulée, cette définition plus approfondie de l’un de ses termes permets à présent de reformuler la question de la manière suivante :

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………………………………………………….?

c) L’annonce de l’idée de la partie :

La réponse que nous allons tenter à présent d’étayer au cours de cette deuxième partie consistera à démontrer que ………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

d) Le premier argument :

Un premier argument à l’appui de cette thèse apparaît lorsque nous considérons l’idée selon laquelle

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Pour rendre plus concrète cette idée, il est permis d’évoquer l’exemple suivant :

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

(II. a. citation) Dans son ouvrage intitulé …………………………….., le philosophe ………………………………….. semble développer une approche allant dans le même sens lorsqu’il écrit :

« ………………………………………………………………………………………………………………………………….  »

Selon nous, il veut dire par là en substance que ………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

Dans le contexte de notre problématique, nous voyons bien comment un tel point de vue nous permets d’aller dans le sens de l’idée directrice de notre deuxième partie, puisqu’il rend possible d’accréditer l’idée selon laquelle ……………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

e) Le second argument :

Un second argument, plus percutant encore peut-être, venant à l’appui de cette thèse apparaît lorsque nous considérons l’idée selon laquelle

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Pour rendre plus concrète cette idée, il est permis d’évoquer l’exemple suivant :

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

(II. b. citation) Dans son ouvrage intitulé …………………………….., le philosophe ………………………………….. semble développer une approche allant dans le même sens lorsqu’il écrit :

« ………………………………………………………………………………………………………………………………….  »

Selon nous, il veut dire par là en substance que ………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

Dans le contexte de notre problématique, nous voyons bien comment un tel point de vue nous permets d’aller encore une fois dans le sens de l’idée directrice de notre deuxième partie, puisqu’il rend possible d’accréditer l’idée selon laquelle

………………………………………………………………………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

f) La récapitulation de la partie :

A la lumière de cette deuxième partie, nous voyons donc comment il est possible de répondre en des termes précis à la question posée en considérant que, d’une part

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

et d’autre part

…………………………………………………………………………………………………………………………………………….……………………………………………………………………………………………………………………………………………

g) La conclusion de la partie :

La réponse provisoire qu’il est donc possible de donner à la question posée par le sujet, dans ce deuxième mouvement de notre réflexion, est donc que

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

(5lignes)

La Synthèse :

a) La récapitulation générale des deux première parties :

Nous avons donc commencé par répondre à la question philosophique qui nous était posée en affirmant que ……………………………………………………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………………………………………………………………………, pour ensuite infléchir radicalement notre position en considérant le point de vue selon lequel …….

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

b) La deuxième transition :

Cependant, là encore, la réponse apportée ne nous semble pouvoir prendre raisonnablement un caractère définitif, en ce sens que se présente aussitôt à notre esprit une objection suffisamment pertinente qui ne nous autorise pas à nous satisfaire pleinement de ce à quoi notre réflexion avait aboutie. En effet, lorsque nous considérons le fait que

…………………………………………………………………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………………………………………………………………….,

n’est-on pas amenés à s’interroger sur le fait que la conclusion de notre deuxième partie comporte encore un élément insatisfaisant en ce sens que ……………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

c) La deuxième reconceptualisation approfondie :

Si nous voulons pouvoir changer l’angle conceptuel qui a conduit à notre deuxième réponse, nous devons à nouveau procéder à une conceptualisation approfondie de l’un des termes du sujet. Le terme………………………………….. désigne en effet non seulement

……………………………………………………………………………………………………………………………, mais également de manière plus large

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

d) La dernière reformulation de la problématique :

Rapportée à la problématique que nous avions formulée, cette définition plus approfondie de l’un de ses termes permets à nouveau de reformuler la question de la manière suivante :

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………………………………………………….?

e) L’annonce de l’idée de la partie :

La réponse que nous allons tenter à présent d’étayer au cours de cette dernière partie consistera à démontrer que ………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

f) Le premier argument :

Un argument déterminant à l’appui de cette thèse apparaît lorsque nous considérons l’idée selon laquelle

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Pour rendre plus concrète cette idée, il est permis d’évoquer l’exemple suivant :

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

(III. a. citation) Dans son ouvrage intitulé …………………………….., le philosophe ………………………………….. semble développer une approche allant dans le même sens lorsqu’il écrit :

« ………………………………………………………………………………………………………………………………….  »

Selon nous, il veut dire par là en substance que ………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

Dans le contexte de notre problématique, nous voyons bien comment un tel point de vue nous permets d’aller dans le sens de l’idée directrice de notre dernière partie, puisqu’il rend possible d’accréditer l’idée selon laquelle ……………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

g) La récapitulation de la partie :

A la lumière du principal argument de cette partie, nous voyons donc comment il est possible de répondre en des termes précis à la question posée en considérant que

…………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

h) La conclusion de la partie :

La réponse définitive qu’il est donc possible de donner à la question posée par le sujet, dans ce dernier mouvement de notre réflexion, est donc que

………………………………………………………………………………………………………………………………………….……………………………………………………………………………………………………………………………………………

(5 lignes)

La Conclusion :

a) La récapitulation générale de la dissertation :

Nous avons donc commencé par répondre à la question philosophique qui nous était posée en affirmant que ……………………………………………………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………………………………………………………………………, pour ensuite infléchir radicalement notre position en considérant le point de vue selon lequel …….

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Enfin, dans un dernier temps de notre réflexion, un nouvel angle d’approche conceptuel nous a permis d’élaborer une réponse que nous estimons à présent authentiquement satisfaisante à la question posée, à partir de l’idée selon laquelle………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

b) La réponse claire et définitive :

Au terme de ce cheminement de notre pensée, nous nous estimons donc en mesure de répondre clairement à la problématique du sujet en affirmant que ……………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

c) L’ouverture :

Bien évidement, nous pourrions envisager de faire évoluer cette considération qui est la notre si nous devions l’envisager sous un angle plus vaste comme celui de …………………………………………….

où il nous semble que la question prendrait alors une autre dimension et une autre tournure, à savoir

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………………………………………………… ?

Variante de l’argument, l’exemple artistique (1 minimum par dissertation) :

Pour venir en appui de cette thèse, nous pouvons nous appuyer sur le message à portée philosophique qui nous semble contenu dans une œuvre esthétique particulière, à savoir

……………………………… , réalisée par ………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Dans cette œuvre, nous sommes rendus sensibles dans un premier temps aux éléments suivants :

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

De cet ensemble, il nous semble permis de dégager, par le biais de l’interprétation, le sens philosophique selon lequel :

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

Dans le contexte de notre problématique, le sens philosophique qui se dégage de cette œuvre à caractère esthétique nous permets d’étayer l’idée directrice de notre partie en ce sens que …………………………………………………………………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

Repères conceptuels

ABSOLU / RELATIF

L’absolu désigne un état ou une situation extrême, qui semble se situer au-delà de toute comparaison possible, rejeter toute qualification qui viserait à l’atténuer, à le « relativiser ». En revanche, ce qui est relatif est susceptible d’être mis en relation avec d’autres choses.

ABSTRAIT / CONCRET

Abstraire signifie « tirer de » : extraire (abstraire) d’un ensemble de phénomènes divers des propriétés communes permettant de les regrouper sous un même concept.

Mais il est des choses concrètes vécues qu’aucune science ne m’aidera à penser et à vivre correctement, et qu’il faut penser cependant.

EN ACTE / EN PUISSANCE

En puissance signifie virtuellement, potentiellement ; en acte signifie effectivement.

ANALYSE / SYNTHESE

La synthèse consiste au contraire à saisir l’unité. L’analyse signifie la décomposition. La synthèse désigne la composition.

CAUSE / FIN

La question « pourquoi ? » engage la recherche des raisons d’un acte ou d’une chose, c’est-à-dire la recherche de leurs causes et de leur fins.

Il y a donc un primat de causes finales, tout le processus de la production tend vers la fin au double sens de but ou d’achèvement.

CONTINGENT / NECESSAIRE/POSSIBLE

Ce qui est possible désigne en général ce qui n’est pas encore réel mais peut le devenir. Est contingent ce qui peut advenir ou ne pas advenir. Est nécessaire ce qui peut ne pas devenir.

Ces distinctions entre contingence, nécessité et possibilité sont au coeur de la question de la liberté.

CROIRE / SAVOIR

Savoir consiste à porter un jugement accompagné de certitudes, la vérité objective étant garantie par un certain nombre de procédures de validations dont on peut rendre raison.

Les justifications objectives du savoir fondent la possibilité de le partager et de la transmettre, de le rectifier ou de l’étendre.

Croire concerne concerne des propositions ou énoncés qui sont tenus pour vrai, qui prétendent à la vérité, avec des degrés variables de certitude qui peuvent aller du doute au soupçon jusqu’à l’intime conviction.

C’est l’absence de garantie objective qui prive la croyance de l’assentiment universel et qui le rend difficile sa communication et son partage.

ESSENTIEL / ACCIDENTEL

On appelle essence ce qui définit la nature d’une chose. Ce qui est essentiel à une chose regroupe les caractéristiques nécessaires de cette chose, les caractéristiques sans lesquelles elle ne serait pas ce qu’elle est. Ce qui est accidentel pour une chose est ce qui peut lui arriver ou ce qui peut la qualifier occasionnellement, sans que cela ne change sa nature ou modifie ce qu’elle est.

EXPLIQUER / COMPRENDRE

L’explication consistant à rendre pleinement intelligible un phénomène en le rattachant à ses causes.

Comprendre, du latin compréhension, acte de prendre avec, suppose au contraire une saisie globale, synthétique et intuitive.

EN FAIT / EN DROIT

Opposer le fait et le droit revient à opposer ce qui est à ce qui doit être.

Le droit définit les rapports obligatoires des hommes entre eux. Il formule ce qui est exigé des individus ou des organisations particulières à l’intérieur d’une société donnée.

Un fait est d’abord donné, c’est une occurrence singulière qui se constate.

Si le fait est contingent, le droit est contraignant.

FORME / MATERIEL

Formel est relatif à la forme, et matériel est relatif à la matière.

GENRE / ESPECE / INDIVIDU

Des genres, ces domaines généraux de connaissances sont divisibles en objet d’étude plus spécialisés.

Des individus sont dits appartenir à une même espèce quand ils possèdent les caractères propres à cette espèce.

Les individus concrets sont tous différents, mais leur différence reste accidentelle au regard de ce qu’ils ont essentiellement de commun.

IDEAL / REEL

Le réel désigne les choses ou un état des choses. L’idéal constitue l’accomplissement parfait d’une idée.

IDENTITE / EGALITE / DIFFERENCE

Les mathématiques assimilent identité et égalité. Dans le domaine politique, la loi réserve à tous les citoyens une identité de traitement. Le souci de l’égalité doit prendre en compte les différences et peut amener à inscrire les différences dans la loi. L’égalité n’exclut pas des différences de traitement et la mise en place de discriminations positives destinées à combattre l’égalité.

Dans un partage, l’égalité réclame que chacun reçoive une part proportionnelle à son apport initial. Ici encore, l’égalité commande d’intégrer la différence.

INTUITIF / DISCURSIF

Le terme d’intuition, du latin intuitus, regard, désigne une forme de connaissance dans laquelle l’objet est immédiatement et entièrement saisi par la pensée. Est intuitif ce qui se donne directement à la conscience au point de ne faire qu’un avec elle. Le processus discursif suppose la médiation du langage. L’intuition s’identifie ici avec la raison, cette « lumière naturelle » qui est toute entière à chacun. Intuitif et discursif définissent donc deux actes de l’entendement, distincts et complémentaires.

LEGAL / LEGITIME

La notion de légitimité à une extension plus large que celle de légalité. Si ce dernier terme peut désigner soit la conformité à la loi, la légitimité, elle, porte sur les conditions de validité du pouvoir. La légitimité se réclame d’une idée extérieure ou supérieure au droit : la légitimité est d’ordre métajuridique.

MEDIAT / IMMEDIAT

L’immédiat qualifie tout ce qui est direct, sans intermédiaire, par opposition à ce qui suppose une médiation. Parler, c’est médiatiser le réel et faire passer ce dont on parle de l’univers sensible et muet des choses au monde du sens.

ORIGINE / FONDEMENT

L’origine désigne le commencement d’un processus. Le terme peut aussi être synonyme de cause. L’origine rationnelle de nos connaissances est à distinguer de leurs origines temporelles.

Le fondement est, selon la métaphore architecturale, ce qui soutient un certain ordre ou un ensemble de connaissances.

PRINCIPE / CONSEQUENCE

On appelle principe à la loi les fondements d’une théorie et ce qui en gouverne le développement, et les règles qui fondent l’action et qui en commandent sont déploiement. Les conséquences découlent des principes de façon nécessaire. Dans le domaine théorique, les principes sont les propositions premières. Ils ne sont donc pas démontrés, mais posés et admis. Dans le domaine pratique, le principe est une règle d’action.

RESSEMBLANCE / ANALOGIE

La ressemblance pose un rapport entre deux choses ou personnes pouvant aller jusqu’à la confusion qui fait prendre l’un pour l’autre. Deux choses se ressemblent quand elles présentent des éléments identiques en nombre suffisant pour que l’on puisse reconnaitre ou postuler une parenté entre elles. Si la ressemblance joue bien un rôle dans l’analogie, cette ressemblance est posée entre deux ensembles essentiellement différents.

Alors que la ressemblance s’appuie souvent sur des intuitions mal contrôlées, l’analogie relève du raisonnement et elle est un moyen rationnel de conquête et de maîtrise de l’intelligibilité du réel. L’analogie ramène un ensemble inconnu à un ensemble connu en postulant l’identité entre les rapports qui s’entretiennent entre elles les parties qui les composent. Mais l’analogie n’est qu’une présomption.

EN THEORIE / EN PRATIQUE

Dans le premier sens, la théorie est théôria, contemplation et s’oppose à la pratique, à l’action et même à toute connaissance visant l’utilité : elle est connaissance pure et désintéressée. Dans le deuxième sens, la théorie explique le réel, par la connaissance des lois de la nature, permet de la transformer à notre profit.

La pratique elle-même n’est pas étrangère à toute théorie car elle réussit, c’est par la mise en oeuvre des vérités parfois ignorées de l’artisan lui-même. Toute pratique n’est cependant pas théorisable, en particulier quand elle relève du tâtonnement, quand elle procède par essais et erreurs.

TRANSCENDANT / IMMANENT

Transcendant qualifie ce qui est d’un ordre supérieur, ce qui est au dessus du monde ou des frontières de l’inconnu. Est transcendant ce qui dépasse toute possibilité d’expérience. A l’opposé, immanent, désigne ce qui est compris dans la nature d’un être, qui ne nécessite pas l’appel à un principe extérieur.

UNIVERSEL / GENERAL / PARTICULIER / SINGULIER

Une proposition est universelle quand elle vaut pour absolument tous les individus d’une classe considérée. Alors qu’une proposition générale peut admettre des exceptions, parce qu’elle est le fait d’une généralisation empirique qui peut toujours être démentie.

Une proposition est particulière quand un attribut est affirmé ou nié d’une partie déterminée d’une classe, singulière quand la proposition s’applique à un sujet unique.

OBJECTIVITE / SUBJECTIF

L’objectivité est d’abord ce qui qualifie l’existence d’un objet face à un sujet qui le regarde. L’objectivité est aussi qualité d’un discours adéquat à son sujet. L’objectivité est encore qualité du sujet connaissant. Une qualité intellectuelle de lucidité, mais aussi des qualités morales. La science est oeuvre d’une rationalité dont le but est l’établissement d’une connaissance de validité universelle.

DEVOIR / OBLIGATION / CONTRAINTE

La loi, les coutumes imposent des obligations qui sont autant de devoirs à respecter. Ces obligations se distinguent de la contrainte, en ce sens que j’estime que je dois les remplir, et que je me mépriserais moi-même si je ne les accomplissais pas. Une contrainte en revanche, m’est imposée contre mon gré.

CONVAINCRE / PERSUADER

Convaincre, c’est entraîner l’assentiment de l’interlocuteur par des arguments rationnels, ou mieux, par la démonstration. Persuader, c’est emporter l’adhésion par des moyens irrationnels en jouant sur la sensibilité et l’imagination de l’interlocuteur. On peut être convaincu, disposer d’un savoir véritable, et pourtant y résister, ne pas être vraiment persuadé. Inversement, on peut être profondément persuadé de quelque chose sans preuves, et même à tort, et s’y cramponner malgré tous les déments, de l’expérience et la réfutation rationnelle.

Licence Creative Commons
Inventions méthodologiques pour la dissertation, l’explication de texte et l’étude d’oeuvre en Philosophie de Inventions méthodologiques pour la dissertation, l’explication de texte et l’étude d’oeuvre en Philosophie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :