Publié par : gperra | 28 décembre 2010

Appel de l’université Paris III en grève aux metteurs en scène et gens de Théâtre

Appel de l’université Paris III en grève aux metteurs en scène

et gens de Théâtre

 

 

 

 

1 – La commission étudiante de l’U.F.R. Théâtre. Qui sommes-nous ?

Nous, étudiants en théâtre à Paris III, grévistes et manifestants, représentés par la Coordination Nationale Étudiante, avons décidé de créer une commission de l’U.F.R. Théâtre au sein de notre université.

Nous considérons que cette grève n’est pas un temps mort. C’est le temps de la réflexion.

Nous sommes là pour réfléchir au théâtre en général et plus précisément au rôle que le théâtre a maintenant à jouer dans ce mouvement social dont nous regrettons que vous ne soyez actuellement pas plus solidaires, d’autant que les enseignants de l’Institut d’Études Théâtrales ont rejoint récemment notre mouvement.

2 – Où êtes-vous ?

La cause essentielle qui nous pousse aujourd’hui à faire grève et à descendre dans la rue est la défense d’un service public que le gouvernement déjoue en y introduisant des mécanismes « néo-libéralistes ». Il s’agit donc de réaffirmer les valeurs d’un service public, garant de notre citoyenneté.

Dans cette urgence, où êtes-vous ?

Le lundi 20 novembre vous manifestiez nombreux devant l’Assemblée Nationale contre la ponction du budget de la culture. Dans cette crise collective des valeurs publiques, comment vous situez-vous, vous que l’État subventionne et charge donc d’une responsabilité civique ?

Ne pas prendre fermement une position de gréviste, ne serait-ce que ponctuellement, continuer à jouer en ces temps de bouleversements sociaux et politiques, qu’est-ce que cela signifie ? Une question s’impose : qu’est-ce qu’un théâtre d’utilité publique ? Monter des pièces à fort contenu politique, même diffus (Koltès, Müller, Genet, Bond, Pasolini, Shakespeare, pour ne pas citer Brecht) cela veut-il dire encore quelque chose si aujourd’hui vous n’êtes pas là ?

Nous sommes bien conscients que ces questions vous vous les posez, n’étant ni les premiers à le faire, ni nous les derniers. Mais aujourd’hui la question ne se pose plus, elle s’impose.

3 – Comment agir ensemble ?

Donnons nous les moyens de travailler ensemble. Nous vous proposons de venir intervenir sur les lieux de la grève étudiante à propos de ce mouvement social et de vous situer par rapport à lui.

Pour cela nous vous invitons à l’université de Paris III, le mercredi 13 décembre 1995 à 14 h – 13, rue de Santeuil, 75 005 Paris. (n° de tél. : 43 31 25 04 – n° de Fax. : 45 87 41 75), afin d’échanger autour de cette question :

Quelle peut-être votre position et celle du théâtre dans cette grève qui dure depuis deux semaines ?

Nous aimerions que cette rencontre débouche sur des perspectives concrètes nous permettant de lier nos deux actions : par exemple, que les théâtres deviennent des lieux de forums et de discussions sociales ; ou encore que les praticiens du théâtre puisse faire venir leur art dans les lieux de grève ?

Nous attendons de vous une réponse urgente.

Censier, le 8 décembre 1995

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :