Publié par : gperra | 28 décembre 2010

Analyse cinéphilosophique de Choniques de Riddick

Le film, les Chroniques de Riddick, commence par poser un décor fortement contrasté entre deux types d’hommes et de monde. Sur planète six, règne le froid, les crevasses que la glace : Riddick y est pourchassé par les mercenaires, des êtres cupides et stupides dont la seule motivation et l’intérêt personnel. Mais sur Hélion Prime, s’étendent au contraire de vastes paysages désertiques peignaient une intense lumière qui éclaire de gigantesques colonnes et un temple grandiose. Il s’agit de la nouvelle mec, sanctuaire religieux ou les hommes semblent observer la loi avec rigueur, mais aussi avec un certain manque d’intelligence, puisqu’ils ne comprennent pas que Riddick pourraient constituer pour eux une aide précieuse. Ce monde est menacé par la terrible armada des Nécromangers, des guerriers sombres qui se sont donnés pour mission d’atteindre une sorte de Terre promise ou d’un règne la perfection, tout en désintégrant tous les mondes un parfait qu’ils rencontrent dans leur périple ne « souvent » chaque fois, en les convertissant, que le nombre de personnes nécessaires pour compenser les pertes subies. Le décor et l’ambiance qui entoure les Nécromangers mordit : statue gigantesque de corps à dîner dans la souffrance, masque mortuaire, brume noirâtre qui entoure les Esso. Ils ont une seule devise : « ce dont tu t’en par elle tiens fermais 10 », sorte de loi morale de l’égoïsme qui les fédère militairement, mais laisse aussi la place entre eux au complot et aux intrigues. Il semble ainsi représenter un intermédiaire étrange entre le principe de l’égoïsme des mercenaires et le respect de la loi morale des croyants de la nouvelle. En même temps, leur but est d’imposer à tous une seule et même croyance absolue là où règne la d’hier cité culturelle, religieuse et de ils veulent convertir à une seule foi aveugle et au respect pour un seul chef, le haut commandeur. On peut y voir une sorte de principe exacerbé de la raison qui devient unilatérale il veut imposer la suit sa suprématie a pu l’être humain. C’est ce que signe J. symboliquement la forme de leur vaisseau : les têtes sévères posées sur des sortes de pieux s’enfonçant verticalement dans le sol des planètes où ils atterrissent. Comme si le principe de têtes venait à dominer tous les autres composants de l’être humain, à l’image de ce qui se produit dans le fanatisme.

C’est sur crématoria que nous commençons à véritablement comprendre qui est Riddick. Entre les bons et les mauvais prisonniers, celui-ci se refuse à choisir un camp de tout comme il avait refusé de prendre part 10 ans entre les hommes de la nouvelle mecque et les Nécromangers. Il est un être indépendant, individualiste et compte le reste une. On peut dire qu’il est l’expression du Moi.

Contrat Creative Commons
Analyse cinéphilosophique de Choniques de Riddick by Grégoire Perra est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :