Publié par : gperra | 27 décembre 2010

Songe d’une Catapulte

Les quatre roues massives de la catapulte meulaient les caillasses éparses du chemin menant à la citadelle. Elle contractait ses rouages de bois polis et desserrait d’un cran ses poulies pour gravir la pente sans se déboîter les muscles des tempes. Ramassée sur ses os compacts, ses poutres prêtes à rouler sur leurs articulations de fer pour bondir, elle comprimait sa respiration dans ses cordages qui craquaient. Car le temps n’était pas venu pour elle d’ouvrir grand sa bouche à s’en déchirer les joues. Elle laissa passer un millénaire : la catapulte a la vie des montagnes. Le néant creusa sa mémoire jusqu’à ce qu’elle n’ait plus que la sensation d’être une gueule ouverte, bavante. La machine décroche-mâchoire ensorcelée s’avançait pesamment !

C’est alors qu’un maître, la peau ruisselante de sueur sous les ceintures de cuir qui s’entrecroisaient sur sa poitrine, lui désigna la cible. Elle se demanda pourquoi elle lui obéissait encore : peut-être à cause de sa peau hâlée qui giclait de flaques de soleil. Peut-être aussi à cause de la décision rouge-bronze qui crispait ses tendons de guerrier. La catapulte n’aurait su l’expliquer.

L’homme fit un geste. La catapulte fût autant fascinée par ce geste que par son propre corps qui y répondit aussitôt avec exactitude et puissance. Elle rugit. Une pierre endormie fut propulsée à travers les airs. Le temps qu’elle mît à atteindre son but sembla infiniment long à la catapulte. C’était la première fois depuis tant de temps qu’elle se redressait : elle en avait presque oublié cette étrange sensation de la verticale. Elle s’étonna un long moment de ce qu’elle aurait pu être. La catapulte le savait à présent, il était trop tard, elle venait de manquer l’unique occasion de déplier ses jambes et de marcher au loin, libre comme un troll. Mais la pierre qui partait lui avait arraché toute volonté. La catapulte la regarda ébrécher la muraille avec l’air de celle qui ne comprend plus. La cuillère géante restait dressée, comme un oeil de cyclope qui cligne, comme des lèvres de singe qui encerclent un O pour qu’il se rende.

Contrat Creative Commons
Songe d’une Catapulte by Grégoire Perra est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :