Publié par : gperra | 27 décembre 2010

Songe du Feu

Un soir d’émission à fort taux d’écoute qui avait pourtant commencé comme les autres, le réseau électrique tout entier était subitement tombé en panne, semant la panique dans la civilisation occidentale, ce géant obèse qui hurle pour obtenir le retour de sa nourrice après avoir essayé de penser tout seul.

De fenêtres en fenêtres, les éclats gris-bleus intermittents des écrans cathodiques avaient laissé place au désarroi dans les appartements enténébrés : à la faveur de l’obscurité, comme de retour d’un lointain exil, la question du sens de l’existence était venue interrompre violemment les habitudes télévisuelles qui constituaient un instant plus tôt la vie. À mesure que les heures passaient, les fils à haute tension se laissaient ballotter nonchalamment par un léger vent narquois, visiblement peu pressés de rétablir le cours normal des choses.

Cependant le silence des plaines, comme un boa de brouillard, s’étirait dans la métropole rendue à sa présence sommeillante sous le cosmos illimité. Dans un immeuble vétuste perdu entre les tours de verre et de béton, ils n’étaient que trois à avoir eut l’idée d’utiliser la cheminée désaffectée en l’alimentant des lambris vermoulus qui tapissaient les couloirs.

Alors, le feu avait fait craquer l’écorce pour qu’en monte doucement sa chevelure défaite d’or et de sang. Dans la pénombre, leurs visages étaient devenus plus graves. Accroupis contre le plancher, ils avaient senti l’immense nuit ramper vers eux, se faufilant entre les reflets des flammes sur les murs et bourdonnant aux creux de leurs poitrines.

Ils demeuraient silencieux et attentifs, silhouettes effacées sur lesquelles passaient des bourrasques de lumière. La chaleur pétrissait leurs joues, écaillait leur peau de brique rouge et leur sculptait de longs doigts joueurs de salamandre. Les flammes coloraient leurs yeux de jaune-ambre et leur enseignaient l’immobilité des reptiles. Dans leurs crânes, le feu crépitait une ancienne légende de quelque forêt inexplorée, bouclier étincelant forgé pour un combat qui ne commencerait cependant qu’à l’aube…

Contrat Creative Commons
Songe du Feu by Grégoire Perra est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :