Publié par : gperra | 27 décembre 2010

Elles

Elles sont peut-être mille, peut-être moins encore, à découper leurs silhouettes nues sur le fond bleu-émeraude du soir. Elles guettent avec angoisse la fin de l’agonie du soleil, à l’ouest de la ville. Dans un frôlement d’étoffe et d’acier, elles s’élancent au-dessus de la cité, les bas de soie rouges, leurs seins nus traversés de coups de griffes, le goût du sang aux lèvres, une dague-trident acérée prête à s’enfoncer dans les chairs cartilagineuses des avaleurs d’étoiles…

Elles veillent. Une nuit de combat se prépare.

*

Au petit matin, un jeune homme rentre chez lui après avoir fait l’amour. Il siffle. Le bitume est bleu.

Depuis le premier rayon, le sang coagulant entre sa ceinture et sa peau puis roulant sur le cuir de ses bottes, elle l’attend. Elle pose sur son front un cercle de feu alors qu’il passe sans la voir. À cet instant, une joie enfiévrée circule dans les veines du jeune homme comme un vol de lucioles affairées.

De sa chambre, juste avant de s’endormir pour quelques courtes heures, il entend le bruit des rues qui s’éveillent.

Contrat Creative Commons
Elles by Grégoire Perra est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :