Publié par : gperra | 26 décembre 2010

Songe d’un songe

Assis contre un arbre sur une colline nue, un homme attend venir le songe. Par précaution il s’est déchiré les paupières. Il s’approche : le songe rit dans les bras du vent, il s’empare du regard de l’homme et l’emporte jusqu’à l’horizon. La tête de l’homme s’est enfoncée doucement dans l’écorce molle, la sève soulève ses pensées jusque dans les feuilles… qui frémissent. Juste avant de s’engouffrer dans l’infini, le songe a fait demi-tour. L’homme l’entend revenir : il se lève et marche vers la ville, une image au bord des lèvres.

 

C’était il y a longtemps. Aujourd’hui, il n’est plus de vent dans le labyrinthe clos des mots : le songe se calfeutre dans un coquillage et y meurt sans bruit. Celui qui cherche le songe pose sa tête dans la mer et s’endort.

 

Non, le songe n’est pas l’enfant des mille rivières du rêve qui s’entrecroisent au cœur des mondes ! Le songe frôle les étoiles et arpente les plaines qui geignent. Le songe est le fils-dragon du vent et le frère-cristal du regard !

Contrat Creative Commons
Songe d’un songe by Grégoire Perra est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :