Publié par : gperra | 26 décembre 2010

Songe du soleil

Le soir descendait sur la lande. À proximité du couchant, le ciel était imprimé d’or et lacéré d’éclats rouges.

Trop avancée dans les collines pour avoir pu regagner son village avant la nuit tombée, une femme luttait contre les sensations de vertige qui parcouraient son corps chancelant de fatigue. De guerre lasse, elle ferma les yeux et porta son attention sur les images qui flottaient dans son esprit. Un paysage se dessina dans son sommeil naissant : elle n’aurait eu qu’à s’avancer pour le toucher. Le paysage s’illumina : une lune, si pâle l’instant d’avant, se tinta d’un blanc d’écume, les dunes d’un grand désert s’éclaboussèrent d’oranger, le vert déferlait entre les branches d’arbres innombrables. Comme si le jour entreprenait une contre-attaque sous ses paupières ! Mais les couleurs ne parvenaient pas à se maintenir, glissaient sur les formes et cherchaient maladroitement à y revenir. Une vague éblouissante sembla alors pratiquer une brèche dans sa conscience pour l’arracher à l’obscurité. La femme voulue y plonger pour s’y dissoudre, mais la vague l’avorta inexorablement hors de la lumière tant qu’il lui fut encore possible de se souvenir qui elle était. Ce n’est que lorsque l’oubli recouvrit son visage qu’elle s’endormit tout à fait. Passant de l’autre côté de la vie, son âme fut prise en croupe par un rayon intrépide et emportée vers le large d’immenses steppes parsemées d’étoiles tandis que le fracas d’une cavalcade grondait dans l’immensité…

*

Au matin, un léger heurt ébrécha l’enchantement de son sommeil. Elle regarda autour d’elle : la lumière l’entourait de toute part. Pourtant, au loin, une ouverture ronde béante se tenait là, immobile, sertie dans ce cristal qui tapissait les frontières du cosmos. Comme la horde qui marque un temps d’arrêt en découvrant les remparts d’une ville promise au pillage et au massacre, la lumière semblait avoir décider de suspendre sa charge effrénée contre les ténèbres, pensant avoir enfin trouvé un point fixe dans le chaos, un site imprenable pour sa future place forte, un centre à partir duquel la clarté pourrait désormais resplendir et fonder son empire. Mais avant qu’ils n’aient pu songer à se mettre en ordre de bataille, les rayons se sentirent irrésistiblement aspirés, rompirent un à un les rangs et convergèrent en désordre vers le globe de néant, s’engouffrant pêle-mêle dans le tourbillon du réveil, engloutis par ce grand puits noir dévoreur. Le splendide univers des songes se vida peu à peu de toutes ses formes. Au même moment, de l’autre coté, quelque chose s’annonçait derrière l’horizon en inondant les montagnes d’une aube aveuglante : le soleil !

Contrat Creative Commons
Songe du soleil by Grégoire Perra est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :