Publié par : gperra | 26 décembre 2010

Le Publicitaire

Quand le publicitaire rentre chez lui, il allume la lumière de son salon en actionnant le signal sonore de son porte-clef. Saisissant son portable, il téléphone à son répondeur dans la pièce à côté pour vérifier qu’il n’y ait aucun nouveau message, ce qui a généralement pour conséquence d’effrayer ses canaris cybernétiques enfermés à proximité. Puis il s’étire voluptueusement pour se débarrasser des slogans venus s’enquister jusque dans ses articulations : sa chemise à carreaux rouges et verts trempe sous ses aisselles. Sa femme, assoupie dans le divan depuis la fin de l’après-midi, a laissé la télévision allumée, comme un cri inintérrompu destiné à couvrir l’entrée du monde dans le crépuscule.

La femme du publicitaire somnole, la tête posée comme une mésange contre le cuir souple et brillant de son divan blanc-crème, ses cheveux noirs tombants courts et rebelles sur ses joues carmines maquillées par habitude. Son ventre, traversé de sensations jouissives de yaourt aux fruits, respire lentement dans sa jupe mauve et élégante en fibres naturelles avec remise de 20 %. Seuls quelques plis dans sa chair au niveau des reins, que l’eau de source n’est décidément pas parvenu à éliminer, ainsi que des jambes un peu plus lourdes qu’autrefois, peuvent laisser deviner qu’elle a été mère et crié de douleur en contractant son bassin, les cuisses barbouillées de son propre sang.

Dans son caleçon neuf que ses camarades de travail lui ont offert à l’occasion de sa promotion, le publicitaire ressent alors le doux contact de la soie venant cogner contre le gonflement discret de son corps spongieux, réserve d’imagination créatrice qu’une journée entière n’a pas suffit à épuiser. En embrassant sa femme pour la réveiller, il ne peut cependant éviter la tenace odeur du vin rouge que celle-ci prend pour tromper l’ennui vers deux heures de l’après-midi, quand elle a fini sa toilette, rangé toute la maison, et qu’il lui reste encore deux heures avant le retour de sa fille de l’école.

Tandis qu’elle se réveille lentement et redécouvre d’un regard sans illusions le confort luxueux du studio tout équipé dont les spots de son époux lui chante nuit et jour les louanges jusque dans les moindres détails, elle ne peut se défaire du sentiment qu’il faut maintenant préparer le repas et qu’il faudra aussi bientôt faire l’amour.

Contrat Creative Commons
Le Publicitaire by Grégoire Perra est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :