Publié par : gperra | 26 décembre 2010

Jacques TOUBON. Voyage au centre des viscères d’un homme de Droite

Lorsque Jacques Toubon parle ou fait un discours, on croit parfois entendre un bruit sourd et grave dans sa voix. En prêtant une oreille attentive nous remarquons, en fond sonore continu, une sorte d’écho caverneux, le râle rauque d’une chose sans nom.

 

Tendons encore d’avantage l’oreille et franchissons l’enclos des dents de Jacques Toubon, puis, une fois dans la bouche de Jacques Toubon, avançons vers l’ouverture noire qu’on y devine au fond : là, penchons-nous et écoutons, mais gardons-nous bien de descendre. Peu à peu les bruits de déglutition s’estompent, l’odeur de saucisse et de flageolets se dissipe, un silence inquiétant s’installe. Il fait soudain plus clair et pourtant Jacques Toubon n’a pas ouvert la bouche.

 

Le larynx de Jacques Toubon s’étend à présent devant nous à perte de vue : un tuyeau de chair vibrante qui s’enfonce verticalement. Dix centimètres au-dessous c’est encore de la peau humide rouge-sang traversée par des veines noires saillantes . . . mais au-delà il y a autre chose : des poils perçent la membrane et la soulèvent avant de s’entremêler confusément. Des poils longs et marrons qui poussent serrés les uns contre les autres. Parfois, lorsque Jacques Toubon se racle la gorge, on croirait voir le pelage d’une loutre agonisante qui se contorsionne.

 

Puis, très loin au-dessous, là où la voix prend racine, à proximité de l’estomac, se forme une sorte de cavité interne. Le larynx de Jacques Toubon y est si velu qu’on dirait un nid aux brindilles enchevêtrées. Il y fait chaud et doux. Des cacahuètes grillées mal digérées et du vin rouge du dernier meeting du R.P.R. baignent au milieu des poils.

 

Si l’on écoute attentivement, on entendra un bruit sourd et répété, la respiration lente d’un animal assoupi. Il fait sombre mais on devine sa forme : il a six pattes, la peau rose avec des plaques de croûte sur le dos, le museau rond et avançé d’où sort une rangée d’incisives désordonnées. Ses petits yeux roulent, clignent et s’injectent de sang. Il s’appelle Jâcques. Il est la Parole de Jacques Toubon. Jacques Toubon n’en a qu’une car Jâcques a dévoré ses autres petits compagnons.

 

Le plaisir le plus intense dans la vie de cet animal est le moment où son maître parle : comme saisi soudain par un appel impérieux, il grimpe brusquement le long des parois du larynx, sort en trombe dans la bouche de Jacques Toubon et saute férocement dans les mots que Jacques Toubon propulse dans l’air : il se vautre avec délice dans les insinuations visqueuses, croque à pleines dents les sous-entendus mesquins, avale goulûment les attaques camouflées que son maître, qui le connaît, lui a généreusement dispensées. C’est bon, c’est creux. La petite bête est heureuse. Elle pousse des petits cris et urine avec une joie sauvage.

 

Mais lorsque Jacques Toubon a cessé de parler et fait mine d’écouter son interlocuteur, le pauvre petit animal souffre le martyre : dans la tanière de chair qu’il a dû réintégrer, ses pattes griffues labourent les parois velues, ses mâchoires claquent, violentes et chaotiques, tandis qu’il bave de rage et défèque d’impuissance. Mais une main intérieure lui caresse tendrement les croûtes craquelantes et ce geste suffit à le calmer un peu : il sait que son maître, bien caparaçonné là-haut dans la conserve crânienne, l’aime, le comprend, et le lâchera bientôt sur sa proie. Alors il lui déchiquetera le visage à coups de dents…

 

 

 

Contrat Creative Commons
Jacques TOUBON. Voyage au centre des viscères d’un homme de Droite by Grégoire Perra est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :